25 juillet 2021

Corder, décorder, coder

 

  (click pour agrandir)

 

Corder décorder coder
juillet 2021 - maquette 1
31x 3cm, bois,corde,encre

_


Corder, écrire
écrire, tourner,
écrire autour,

Décorder, défaire,
désécrire, détourner,
mettre à nu,

Recorder, refiler,
défaire encore, coder,


suite des destituants

 __

 

 

 corder

 

 


 

 

écrire

 







décorder
défaire
délier













Recorder
coder














12 juin 2021

Amorces, redites, plis, technique et cosmologie

 

 

Nouvelle publication,
dans le numéro 3 de la revue Attaques
dirigée par Laurent Cauwet





 

Sommaire, informations, commandes, à cette adresse :
https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8646&menu=0

 

 

____

 

 Le numéro 12 de la revue Pli est disponible !
Une documentation en images ici :
http://revuepli.blogspot.com/2021/05/pli-numero-12-parution.html

 le site internet de la revue devrait être mis à jour courant juillet :
http://www.revuepli.fr

 

Nous présenterons la collection Pli
avec Jean-Marie Gleize, au CIPM le 19 juin 2021,
informations ici :

http://cipmarseille.fr/evenement_fiche.php?id=1398


_____



En mai, quelques lithographies-monotypes
réalisées au Musée de l'imprimerie de Nantes, extraits :



Cosmologie technique
lithographie, rehaut lavis et typographie
8 exemplaires, sur Vélin BFK Rives, 56x75cm



Deux extraits
1 exemplaire, lithographie, rehaut encre bleue,
 sur Vélin BFK Rives, 56x75cm

 

 
Souvenir du Canard Inquiétant
1 exemplaire, lithographie, rehaut encre jaune,
 sur Vélin BFK Rives, 56x75cm
 
 
 
Cosmotechnique
1 exemplaire, lithographie, rehaut typographie,
 sur Vélin BFK Rives, 56x75cm
 
 
 Le titre est librement inspiré de l’excellent ouvrage
" La question de la technique en Chine "
( éditions Divergences )

___

 
Et quelques jeux typographiques,
un déplacement, un poème circulaire :





_______

 



 

25 avril 2021

PLI numéro 12 et publications

 

 


 
 ___
 
 
Voici la couverture et le sommaire
du numéro 12 de la revue Pli

L'ouvrage paraîtra au mois de mai 2021.
Format 15x21cm
250 exemplaires / 145 pages / 17e port inclus


Avec :

Anonyme, Frédéric Acquaviva, Benoit Baudinat,
Gérard Berréby, Bordelou, Michel Cegarra,
Louise Chennevière, Pierre Chopinaud, Alèssi Dell'Umbria,
R.E. Dionysiou, Patrick Drevet, Vincent Es-Sadeq,
Jocelyn Gasnier, Jean-Marie Gleize, Alice Godeau,
Sana Jaafar, Furio Jesi, Alexis Judic,
Carlo Levi, L.L de Mars

_

Pour commander le livre :


____


Plusieurs publications en revues ces derniers mois :
dans la revue La Correction, dirigée par Alain Jugnon,
éditée par le Dernier télégrame
dans la revue Nioques, dirigée par Jean-Marie Gleize
éditée par les éditions La farbique

Puis à venir : publication dans les revues
Attaques n°3, Nioques, Parades, Poétiques Tactiques...
( documentation à parution )



 

 
 







 

______



 

266 fragments de vies
format 50x65cm / encre sur papier 300g
documentation à la hâte
( un grand merci à ses nouveaux propriétaires )


à venir (mai) : lithographies et sérigraphies

____


[ J'ai de moins en moins de temps pour documenter et publier la documentation des travaux réalisés ou en cours, n'hésitez pas à m'écrire si vous le souhaitez. J'ai eu la chance d'être enseignant-remplaçant ces derniers mois, pour le Programme Internationale des Beaux-arts de Nantes. Une prochaine mise à jour sera faite sur ce site à parution du nouveau numéro de Pli autour du 15 mai, ainsi que des photographies d'ateliers fin mai. ]

__






27 janvier 2021

Dans un monde raisonnablement clos

 

 

Amas de notes et d'images
Une suite au hasard 
















 





















____




la langue entre les vagues,

discute du bruit errant,

de nos déplacements prohibés,

de nos sorties administrées,

de la manière dont un pouvoir trop présent

pense contrôler jusqu'au flux de ses foules.

 


 

 

le profil hante le dessin, visage manquant, mais persistant, visage errant, en coins.

 

 

 

Joan Petit que dança. Après avoir terminé le dessin un air lancinant arrive seul, sort par la bouche, on sifflera pour donner forme dans l'air à l'air, un air long et lent comme une procession, l'ouvert débute encore, une suite de corps totémiques se tiennent en masse dans un froid épais et laiteux, ils se suivent et se confondent, la lumière est blanche mais elle n'est pas celle des néons, l'air sort et ne reviendra jamais, cette longue mélodie siffle le passage d'une armée de corps nus, sans début ni fin l'histoire est d'interruptions, l'air lancinant et triste signe une suite de gestes absolus, les derniers gestes possibles accompagnent une mélodie sans mots, l'air souffle est soufflé, les armes des corps, extraits de mondes, de dialogues rompus. L'artiste n'a jamais été au service d'un monde toujours prêt à le condamner. Si je dessine c'est pour me tenir bien à l'écart de toutes sortes d'autorités dogmatiques.

 

 

 

- la police n'a subit aucune charge, il n'y avait aucun trouble, le long cortège ne faisait que débuter à avancer, des êtres marchaient et ne faisaient que marcher, ils avançaient, de chaque côté de la rue les policiers ont chargés, multipliant des charges successives et des replis, créant ainsi un état de panique diffus, de terreur, le cortège désormais scindé et empêché de marche est coups à coups chargé, néanmoins, la population présente fait masse et afflue, désormais habituée et clairvoyante sur l'objectif en acte des dits représentants de l'ordre, les charges policières et armées sont récurrentes, les civils sont clairement pris pour cibles. 

 

 

 

forme juste sans moyen

 

 

 

penser comme un peintre
à pas rompus
au rythme des rues
des amorces de vues
ne pouvoir, peu
penser commun
en place et lieu
à tire tendu
peu de temps
peu le temps
moins le temps
dont on ôte la chaire
et ses variations muettes
corps creux
de mots diminuant
depuis les clos ouverts
des promesses encore
d'horizons désuets 

 

 

la nuit je m'écrase dans la nuit
j'oublie ma main et l'odeur de l'encre
au bruit du vent et du manque
j’apprends à disparaître


et comble le vide de mon vide par le vide
emporté depuis l'intérieur par de troubles images
machine désirante ou corps d'attente et d'étreinte
j’apprends à disparaître au creux d'une intériorité muette

 

 

 

Lorsque j'ai essuyé mon pinceau pour le reposer, il était 3H30.

On compte, toujours ce qu'il manque.
Et de fines particules de mort en suspend dans un air trop chargé de chiffres patientent. 

 

 



- pas bcoup dmots jysuié puisé éla

jpa lfort cé deumeudir qça vaaller

jpens rlenti jpens peudlpace peupaplu

é pafini nonplu ctabjectif ckiédi

konskonprenpa 

 

 

 

le manque d'air vous empêche de voir,

l'instauration d'un jour au lendemain permanent,

du tissus sur la moitié de ton visage qui mêle ton air à ton air

jusqu'à épuisement,

 

 

Je continue de pousser la terre telle qu'elle – ralentissant un à un les bruits d'autour, le lieu est hanté pense la bête pensais-je, pousser la terre de mes outils, de mon torse palette côte flan, flan de bête tirant, ajuste le tire de la charrue en fonte, je ne sais faire qu'aller, ni ne sais, et venir, boucler chaque jour mes tours de piste, dans une prison sans clos, pourtant, je suis fait aux pattes, bête d'outils corps, domestiqué à tâche, puis à viande, où je mâche, broie, brai, burine, soulève la terre d'un coups de corne, de main, de plume, clos mètres cubes, bris de brous grain mal broyé, terreau des ossements et des gouvernements, pousse la terre telle, une usine à pas, à pieds, à pelles, un terrain de ruines foulé sous lequel des restes d'histoires sont remués, remous du temps fragments de terre cuite, vase, jarre, pot, plat, carafe, que brasse l'ancre que je traîne, à labourer le chant des mes journées, mâcher, tirer, mâcher, quitter, à clos toujours propice, sans choix sans même l'idée de choix, au prieuré des herbes et des pâtures, des trous, des rues, des sources d'eaux troubles où ma vue vire, je mâche la terre pour nourrir les lignes que je fais, des boucles inversées, marqué au fer comme à l'âme, j'avance tête basse confondu à l'animal labourant, je perd petit à petit toutes sortes de repères, 

 

 

nous échangerons nos rêves contre un droit de passage,
dans un monde raisonnablement clos.

 

  

Se faire chier, muselé

Ils de nous des chiens

Crevons, sans parler

Nature et cachets

Le monde en .rar

 

 

 

Vingt ans disaient-ils.