27 janvier 2021

Dans un monde raisonnablement clos

 

 

Amas de notes et d'images
Une suite au hasard 
















 





















____




la langue entre les vagues,

discute du bruit errant,

de nos déplacements prohibés,

de nos sorties administrées,

de la manière dont un pouvoir trop présent

pense contrôler jusqu'au flux de ses foules.

 


 

 

le profil hante le dessin, visage manquant, mais persistant, visage errant, en coins.

 

 

 

Joan Petit que dança. Après avoir terminé le dessin un air lancinant arrive seul, sort par la bouche, on sifflera pour donner forme dans l'air à l'air, un air long et lent comme une procession, l'ouvert débute encore, une suite de corps totémiques se tiennent en masse dans un froid épais et laiteux, ils se suivent et se confondent, la lumière est blanche mais elle n'est pas celle des néons, l'air sort et ne reviendra jamais, cette longue mélodie siffle le passage d'une armée de corps nus, sans début ni fin l'histoire est d'interruptions, l'air lancinant et triste signe une suite de gestes absolus, les derniers gestes possibles accompagnent une mélodie sans mots, l'air souffle est soufflé, les armes des corps, extraits de mondes, de dialogues rompus. L'artiste n'a jamais été au service d'un monde toujours prêt à le condamner. Si je dessine c'est pour me tenir bien à l'écart de toutes sortes d'autorités dogmatiques.

 

 

 

- la police n'a subit aucune charge, il n'y avait aucun trouble, le long cortège ne faisait que débuter à avancer, des êtres marchaient et ne faisaient que marcher, ils avançaient, de chaque côté de la rue les policiers ont chargés, multipliant des charges successives et des replis, créant ainsi un état de panique diffus, de terreur, le cortège désormais scindé et empêché de marche est coups à coups chargé, néanmoins, la population présente fait masse et afflue, désormais habituée et clairvoyante sur l'objectif en acte des dits représentants de l'ordre, les charges policières et armées sont récurrentes, les civils sont clairement pris pour cibles. 

 

 

 

forme juste sans moyen

 

 

 

penser comme un peintre
à pas rompus
au rythme des rues
des amorces de vues
ne pouvoir, peu
penser commun
en place et lieu
à tire tendu
peu de temps
peu le temps
moins le temps
dont on ôte la chaire
et ses variations muettes
corps creux
de mots diminuant
depuis les clos ouverts
des promesses encore
d'horizons désuets 

 

 

la nuit je m'écrase dans la nuit
j'oublie ma main et l'odeur de l'encre
au bruit du vent et du manque
j’apprends à disparaître


et comble le vide de mon vide par le vide
emporté depuis l'intérieur par de troubles images
machine désirante ou corps d'attente et d'étreinte
j’apprends à disparaître au creux d'une intériorité muette

 

 

 

Lorsque j'ai essuyé mon pinceau pour le reposer, il était 3H30.

On compte, toujours ce qu'il manque.
Et de fines particules de mort en suspend dans un air trop chargé de chiffres patientent. 

 

 



- pas bcoup dmots jysuié puisé éla

jpa lfort cé deumeudir qça vaaller

jpens rlenti jpens peudlpace peupaplu

é pafini nonplu ctabjectif ckiédi

konskonprenpa 

 

 

 

le manque d'air vous empêche de voir,

l'instauration d'un jour au lendemain permanent,

du tissus sur la moitié de ton visage qui mêle ton air à ton air

jusqu'à épuisement,

 

 

Je continue de pousser la terre telle qu'elle – ralentissant un à un les bruits d'autour, le lieu est hanté pense la bête pensais-je, pousser la terre de mes outils, de mon torse palette côte flan, flan de bête tirant, ajuste le tire de la charrue en fonte, je ne sais faire qu'aller, ni ne sais, et venir, boucler chaque jour mes tours de piste, dans une prison sans clos, pourtant, je suis fait aux pattes, bête d'outils corps, domestiqué à tâche, puis à viande, où je mâche, broie, brai, burine, soulève la terre d'un coups de corne, de main, de plume, clos mètres cubes, bris de brous grain mal broyé, terreau des ossements et des gouvernements, pousse la terre telle, une usine à pas, à pieds, à pelles, un terrain de ruines foulé sous lequel des restes d'histoires sont remués, remous du temps fragments de terre cuite, vase, jarre, pot, plat, carafe, que brasse l'ancre que je traîne, à labourer le chant des mes journées, mâcher, tirer, mâcher, quitter, à clos toujours propice, sans choix sans même l'idée de choix, au prieuré des herbes et des pâtures, des trous, des rues, des sources d'eaux troubles où ma vue vire, je mâche la terre pour nourrir les lignes que je fais, des boucles inversées, marqué au fer comme à l'âme, j'avance tête basse confondu à l'animal labourant, je perd petit à petit toutes sortes de repères, 

 

 

nous échangerons nos rêves contre un droit de passage,
dans un monde raisonnablement clos.

 

  

Se faire chier, muselé

Ils de nous des chiens

Crevons, sans parler

Nature et cachets

Le monde en .rar

 

 

 

Vingt ans disaient-ils.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



5 novembre 2020

INTERRUPTIONS

 

 

 


_






 
 
_
 
 
Parution :
 
INTERRUPTIONS
de Justin Delareux
 
préface par
Pierre Chopinaud
 
aux édition ZA
 
Sont reproduites dans ce livre 68 encres
toutes réalisées sur papier aux formats 16×23 cm ou 23×32 cm
entre décembre 2019 et mars 2020.
 
_
 
 
Quelques images, 
pour ne pas trop en montrer
pour ne pas trop en dire.

Vous pouvez commander le livre chez votre libraire
ou directement depuis l'éditeur :

 
17 x 22 cm, 80 p., 14€
isbn : 978-2-492271-03-8
Collection Image
 

_
 

Merci aux éditions ZA !


 
 

QUAND LA VILLE SE TAIT ( parution )

 

 Publication PLI


QUAND LA VILLE SE TAIT
Chronique d'une sidération
mars - juin 2020
 
de Patrick Drevet

 suivi de 

 CHOSES VUES
de Julien Coupat et alii
 
 
 


 
 

 
 

 Commandes chez votre libraire / références :
https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8240


ou commandes directes au prêt des éditions Pli :

https://encres.bigcartel.com/product/quand-la-ville-se-tait


 
Édité par Justin Delareux
Textes de Patrick Drevet et Julien Coupat.
Publié par les éditions Pli.
 
parution : octobre 2020
15 x 21 cm (broché)
124 pages (1 ill. n&b)
 
10.00
 
ISBN : 978-2-9567305-4-5
EAN : 9782956730545
 
 
Quand la ville se tait, Chronique d'une sidération est écrit entre mars et juin 2020. Ce livre participe d'une observation de rage et de ferveur, sensible et rigoureuse, des formes et conséquences du confinement au jour le jour et dès son déclenchement. L'auteur part à la rencontre des vivants et en appel aux gestes lisières. Quelle vie désirons-nous ? Quelles formes de vie sommes-nous prêts à défendre sans relâche ? Contre qui, et dans quelles conditions bouleversées ? Quand la ville se tait est accompagné de Choses vues, une contribution textuelle de Julien Coupat et alii.
 
 
___
 
 
 

 
 
 

28 août 2020

RESTE, IMAGES, CIBLES ET BÂTON : PLI

 

 

Plusieurs livres sortiront
à partir de septembre 2020
:

 

 





Ordre aléatoire des images de Marco Boubille
https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=7998&menu=0

Le reste c'est la suite de Sarah Kéryna
https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=7997


Ces deux ouvrages paraîtront aux éditions
Presses du réel / Al Dante dans la collection Pli





___

 

 



 


 

CIBLES de Jean-Marie Gleize
https://encres.bigcartel.com/product/cibles-de-jean-marie-gleize

Bâton pour éloigner les chiens
de Julien Ladegaillerie
https://encres.bigcartel.com/product/baton-pour-eloigner-les-chiens-de-julien-ladegaillerie 


Ces deux ouvrages paraîtront aux éditions
Pli collection Hami

 

 Ici un bulletin de souscription :


____



Un cinquième livre paraitra en octobre prochain
édité par Pli et diffusé par pli et les presses du réel

____


Un livre personnel, un livre d'encres,
Interruptions
paraîtra en novembre prochain
aux éditions ZA

 

Des nouvelles prochainement !








11 juillet 2020

Déplacements fortuits




Le déplacement fortuit des objet.







Métagraphies
extraits, nouvelle suite
2019 et 2020


___




4 pages font une
des 3 dernières nuits,
yeux fermés,

Carnet, encre, main, 
et l'oubli.


____




De longs mois d'empêchements pour nous éteindre,
empêcher nos étreintes, enlever le hasard 
 à la non répartition du temps tel que nous l'aimions. 



___ 





6 juin 2020

Image langue et Dialogue sourd


 



Monde à dos
juin 2020



___



texte et pièce sonore
sur une invitation de POEMA

Image langue
Dialogue sourd




___


 

7 avril 2020

Vues



3 vues
en avril